S.T.A.R.T explore le Yellowstone

Nous sommes le 28 octobre 2018, il est 4h du matin, heure du Wyoming. Nous nous réveillons à la même heure, en pleine forme. L’un de nous fait comprendre à l’autre qu’il est réveillé et le second se sent soulagé de ne pas avoir à attendre 3 heures que l’autre se réveille. Rappelons que notre chambre est aussi notre salon, cuisine, salle à manger… impossible de s’isoler en attendant que l’autre ouvre les yeux. Nous sommes donc ravis de nous réveiller aux aurores en même temps.

Nous sortons de nos duvets, là j’avoue que nous avons froid ! Nous sortons de la voiture en vitesse, reculons les sièges pour pouvoir s’installer à l’avant, il nous faudra 2 ou 3 matins avant de perfectionner notre technique. En ce premier matin, nous ne sommes pas super efficaces et opérationnels. Nous tentons de faire le moins de bruit possible pour ne pas gêner les voisins qui dorment encore eux ! Nous parvenons tant bien que mal à ranger les affaires et nous promettons que les prochains soirs, tout serait rangé avant la nuit.

David se met au volant, nous démarrons notre exploration matinale (très matinale, je dirais même nocturne) du parc. Le soleil se lève relativement tard (environ 7h30). Nous roulons donc dans le noir absolu, éclairés uniquement par nos phares. Nous ne croisons pas âme qui vive pendant plusieurs heures.

*Partir en septembre dans le Yellowstone vous permet de profiter du parc sans trop d’affluence, mais attention à la météo. Prévoyez des vêtements chauds car les températures sont déjà hivernales. En tant que Travel Planner, je ne manquerai pas de vous indiquer tout cela dans votre futur carnet de voyage.

Pour se rendre à la Lamar Valley (située au nord-est du parc) nous prenons la route direction Norris, puis à l’est direction Canyon Village et au nord direction Tower Roosevelt. Attention, la route entre Canyon Village et Tower Roosevelt ferme à la mi-octobre et jusqu’à la fin du mois de mai. Cette route emprunte en effet un col, le Dunraven Pass. Nous le prenons de nuit, et il va m’être difficile de vous décrire l’atmosphère qui se dégage.

Retrouvez toutes les informations relatives aux travaux, fermetures de routes, météo…sur le site officiel des parcs nationaux.

Il fait très sombre mais la Lune éclaire la forêt embrumée. Une succession de virages nous attend. Nous montons à 2.700 mètres d’altitude. Nous tentons de prendre quelques photos mais la luminosité est trop faible. Une ambiance mystique nous entoure. Nous sommes seuls, au milieu de ce parc immense, nous ne voyons pas à 10 mètres et pourtant, nous nous sentons en sécurité, heureux et chanceux d’être là.

route de nuit Yellowstone

Le jour commence doucement à se lever, le spectacle est poétique. Nous sommes au dessus des nuages, à la cime de certains arbres, une musaraigne traverse la route devant nos roues. Nous finissons par redescendre et les nuages se dissipent pour laisser place à quelques éclaircies. Nous arrivons dans la plaine et observons notre premier bison ! Il est seul, à environ 50 mètres de la voiture, au milieu de la prairie. Il ne nous prête aucune attention alors que nous sommes fascinés et émerveillés de le voir dans les premières lueurs du jour. Nous ne sommes pas au bout de nos surprises.

Nous allons dans quelques minutes assister à notre premier lever de soleil. Et quel spectacle ! Nous n’avions jamais vu de si belles couleurs.

Lever de soleil – Yellowstone National Park
 

Nous restons là un moment, pour vivre l’instant et se nourrir de cette nature. Puis nous repartons direction la Lamar Valley.

Le parc est immense mais rouler est un réel plaisir des yeux. Il n’y a quasiment personne, nous avons croisé quelques voitures mais nous sentons que nous sommes en hors saison et qu’il est très tôt.

La Lamar Valley approche et les paysages changent. Nous entrons dans des plaines vallonnées sur lesquelles se regroupent des troupeaux de bisons. Nous comprenons vite que nous pourrons les observer très facilement durant ces trois jours. Inutile de les chercher, les bisons sont partout et à chaque nouvelle rencontre, nous restons émerveillés.

Nous atteignons la vallée et découvrons ce magnifique et infini paysage. Une rivière coure au milieu de la plaine, les troupeaux broutent de part et d’autre de la route.

Nous roulons et nous arrêtons à certains endroits. Vous le constaterez, le parc est extrêmement bien fait. Tout au long du chemin, vous aurez accès à des parkings ou accotements pour stationner et prendre des photos. Nous irons jusqu’à Pebble Creek, un petit parking sur lequel vous pouvez également trouver des toilettes et des poubelles. Nous y ferons demi-tour pour traverser la vallée dans l’autre sens. Si nous avions continué, nous serions sortis du parc par « la porte » nord-est.

Bisons du Yellowstone – Lamar Valley
 

En repartant, nous croisons des dizaines de photographes amateurs (appareils sur trépieds, zoom professionnels…). Certains sont au bord de la route, d’autres sont montés sur des collines. Nous pensons à des cours et probablement des associations venues s’entraîner à la prise de vue. Ils sont vraiment nombreux, venus en minibus. Cela nous change de notre matinée jusque là dépourvue de toute rencontre humaine 🙂

Nous croisons également une Antilope d’Amérique qui disparaît presque aussi vite

qu’elle est apparue. Cela nous rappelle notre passage dans le Kruger en Afrique du Sud, en un peu moins chaud.

Un peu plus loin, au bord de la route, nous nous arrêterons quelques minutes pour observer un couple de bisons probablement situés à 5 mètres de notre voiture.

Bisons du Yellowstone

Nous arrêtons le moteur pour avoir le moins d’impact possible. L’une des devises des Parcs Nationaux Américains est le « Leave no Trace », autrement dit tenter de polluer le moins possible les lieux. L’une des mesures envisageables est donc de couper le moteur autant que possible lorsque vous regarderez les animaux sauvages.

Nous poursuivons notre route direction les Mammoth Hot Springs situées dans le nord-ouest du parc. Nous revenons donc vers Roosevelt Tower et prenons tout droit. Après quelques minutes de route, nous tournons à gauche sur une piste menant à « Petrified Tree ». Il s’agit d’un tronc d’arbre âgé de plusieurs dizaines de millions d’années ! A première vue, l’arbre, ou plutôt ce qu’il en reste, n’a rien d’impressionnant, il est réduit à un simple tronc haut de quelques mètres, entouré par des barrières infranchissables, mais lorsque l’on connaît son âge, on comprend mieux toutes ces mesures de protection. Je lisais sur TripAdvisor un commentaire d’une personne regrettant de ne pas pouvoir toucher le tronc. Ces protections sont donc bien nécessaires quand on sait que des millions de personnes visitent le parc et que beaucoup auraient envie de le toucher et de le graver… nous avons observé des dizaines d’arbres millénaires terriblement abîmés par l’homme. Cela a provoqué chez nous une colère difficile à expliquer.

Nous revenons sur la route principale et roulons quelques kilomètres avant de tourner à gauche sur le Blacktail Plateau Drive. Cette piste à sens unique nous permet de rouler une 30aine de kilomètres sur un plateau en hauteur dans les nuages.

Yellowstone – Plateau dans les nuages

Nous y apercevons des bisons et deux voitures avant de reprendre la route et de rejoindre les Mammoth Hot Springs.

Nous les apercevons de loin et comprenons que nous nous dirigeons vers des paysages hors du commun. Nous atteignons Mammoth Hot Springs Visitor Center et nous garons sur l’un des nombreux parkings. Nous empruntons le parcours prévus pour les visiteurs et qui traverse les sources d’eaux chaudes, il y a quelques visiteurs, mais le lieu est encore très calme. Les nuages se dissipent petit à petit. Quelques oiseaux s’aventurent dans l’eau toxique, j’imagine pour se réchauffer ?

 
Vue des Mammoth Hot Springs – Yellowstone
 

L’odeur qui se dégage n’est pas des plus agréables mais l’air est chaud par endroit et c’est assez plaisant. Nous grimpons jusqu’au panorama le plus élevé. Tout est très bien aménagé. Je suis essoufflée car il s’agit de notre première « marche » et que je suis probablement aussi sportive qu’un paresseux, mais la « grimpette » est accessible à tous. Les consignes sont claires, il est important de rester sur le chemin délimité et de ne pas marcher sur le sol fragile. Bien entendu, certains ne comprennent pas ces consignes. Nous observons une dame rappelant la consigne à deux hommes qui n’y prêtent aucune attention. Il nous paraît primordial de respecter ces quelques logiques règles. Nous ne sommes pas nombreux en hors saison, mais pendant l’été, cet endroit doit être envahi et si tout le monde décide de sortir des chemins autorisés, je n’ose imaginer l’impact.

Le spectacle qui s’offre à nous est totalement nouveau, nous en profitons un certain temps puis redescendons et décidons qu’il est temps de tenter de ressembler à des humains à l’hygiène respectable. Le site des Mammoth Hot Springs est très bien équipé et nous faisons une halte aux immenses toilettes mis à disposition du public. Nous nous laverons les dents sur le parking en utilisant notre « salle de bain cuisine » perso, dans le coffre de la voiture. Que ça fait du bien de se sentir un peu plus propre 🙂 je m’offre même le luxe de me coiffer !

Nous reprenons la route, direction le sud et Norris. Cette partie du parc est magnifique (comme tout le reste vous me direz). Nous nous arrêtons le long de la route : Indian Creek pour un pur moment de plénitude, Roaring Mountain pour une pause odorante, puis nous atteignons Norris et le Norris Geyser Basin. Nous observons la force de la nature pendant une heure environ. Là encore, tout est très bien pensé. Les bassins sont parcourus par un chemin de bois mais attention, les fauteuils roulant ne peuvent malheureusement pas y circuler. Les personnes à mobilité réduite peuvent malgré tout observer ce lieu unique depuis le Museum des Rangers situé en hauteur et tout à fait accessible depuis le parking.

Notre route nous amène ensuite à Artists Painpots, probablement le plus bel endroit du parc (je risque de dire ça souvent…). Ce lieu permet l’observation de bassins et geysers plus sublimes et impressionnants les uns que les autres. La couleur de l’eau est indescriptible, les photos parlent d’elles-mêmes. Le calme du lieu (en hors saison, nous n’osons pas imaginer ce que cela peut donner en été) nous permet de réellement apprécier ce que nous avons la chance d’observer. Nous ne sommes pas seuls sur le chemin, mais les quelques randonneurs sont tout aussi émerveillés et respectueux du silence que nous tentons de l’être. Les chipmunks nous accompagnent également dans notre marche. Difficile de garder la notion du temps, cette balade a probablement duré 1 heure 30. Quoi qu’il en soit, nous avons adoré cet endroit et prendre le temps de marcher d’un bassin à l’autre. Ce qui est fantastique dans ce parc, mais requiert quand même de la prudence, c’est que les aménagements de l’homme ne dénaturent pas le lieu. Il est donc important de garder ses distances avec les geysers mais vous aurez l’occasion de les approcher tout en restant en sécurité sur le chemin tracé.

Aux alentours du Grand Prismatic Spring et avant d’arriver au Old Faithful Geyser, nous ferons quelques stops (Black Sand Basin, Biscuit Basin). Nous poursuivons jusqu’au fameux geyser et patientons environ 30 minutes, assis sur les bancs de bois disposés tout autour. La foule commence à arriver. Nous serons plusieurs centaines probablement à attendre gentiment que la Terre se mette à cracher de l’eau bouillante à plusieurs dizaines de mètres du sol ! Quel spectacle ! Pas étonnant que ce geyser soit si célèbre. Il ne déçoit jamais et se met en scène très régulièrement. Quand nous y étions, les éruptions étaient « annoncées » toutes les 30 minutes environ.

Nous repartons terminer notre journée au camping avant que le soleil ne se couche. Nous rejoignons donc notre emplacement et David se met aux fourneaux.

Rien n’est lus appréciable qu’un feu de camp après une magnifique journée à parcourir un parc légendaire.